Un bien étrange petit vitrail




Vitrail de Bugarach


Le petit vitrail de l'église de Bugarach (Aude)




Le monde entier sait aujourd'hui où se trouve le petit village de Bugarach depuis cette fausse sortie du  21 décembre 2012 (1). Au pied de l'étrange Bugarach qui domine la région de ses 1230 m se blottissent quelques maisons autour de l'antique église et du château. Et dans cette église justement, un étrange petit vitrail de facture récente (2) ne cesse d'intriguer les curieux.


De nombreuses études lui sont consacrées que l'on peut consulter sur Internet. (3)
Le vitrail en question se trouve non loin du sol dans une première petite chapelle à droite en entrant dans l'église. Un emplacement à risque et il est fort probable que le vitrail original ait été maladroitement cassé. La personne qui a conçu ce vitrail de remplacement et l'a placé, avec autorisation, dans l'église avait-elle des intentions ésotériques ? On peut fortement en douter. Car comment alors expliquer cela aux représentants d'un diocèse moderne, à ceux de la mairie du village ? Ou alors, il a fallu jouer serrer...
Par contre si l'on se souvient que le grand écrivain Jules Verne rendit un hommage indirect à la commune et à son fleuron, le pic du Bugarach, il en va tout autrement.
On peut alors penser qu'élus locaux et prêtres acceptèrent cette référence à l'écrivain des Voyages extraordinaires et en particulier donc à son roman : Clovis Dardentor, fut-il dans une église et à la condition qu'il reste discrètement raisonnable. Les pauvres !


Le capitaine Bugarach

Le capitaine Bugarach à bord de l'Argelès.
Léon Benett - llustration pour Clovis Dardentor, Hetzel, 1900





Voilà qui devait pour le verrier donateur de ce petit vitrail poser un amusant défi. Comment en effet, par l'exposition de quelques symboles évoquer ce roman vaudeville comme le nomme Jules Verne, lui-même ?

"Clovis Dardentor" narre les aventures pittoresques d'un perpignanais, "Monstrueux de bonne santé" en voyage en Algérie, en passant par les Baléares. Notre propos n'est pas ici de "décrypter" ce roman et d'en analyser les rapports qu'il peut avoir avec l'énigme de Rennes-le-Château, d'autres l'ont fait avec talent. (4)

Nos héros embarquent en partance de Sète sur un paquebot nommé l'Argelès, le navire est commandé par le capitaine Bugarach. Un paquebot aurait été étrange sur un vitrail d'église mais un navire rouge à voile blanche peut passer pour l'évoquer.
Un capitaine, Bugarach ou pas, doit tenir sa barre. Pourquoi ne pas surmonter le mat d'une roue à double sens. Le premier étant d'évoquer cette barre, le second étant clairement d'indiquer une roue de la fortune. Le symbole n'est pas à mettre en doute et nous y reviendrons...
r



La roue de la fortune


La roue de la Fortune. Deux personnes s'y accrochent tentant de suivre leur destinée.





Une barre, un navire à la voile carrée, certes mais cela n'est pas suffisant pour évoquer le roman. Un petit détail de plus ? Cette sorte d'appui à l'arrière du navire qui évoque la courte plateforme des jouteurs sur les bateaux des lices de Sète. Les barques sont d'ailleurs nommées : "rouges" et  "bleue". Sète d'où part justement nous l'avons dit, l'Argelès.

Fallait-il jouer sur les mots aussi ? Dardentor ... Ardent d'or. Et en effet, Jules Verne ne se prive pas d'utiliser cette fameuse langue des oiseaux à propos du nom de son héros, rappelant à tout propos qu'il est "Rayonnant de santé" et que son nom est "étincelant". Alors un soleil à son lever qui darde de ses rayons l'horizon nous rapproche de notre jovial Clovis.

Le Soleil à rendez-vous avec la Lune...
Notre petit navire qui fait route Sud Est vers les Baléares, l'Algérie ?  Pas sûr. Si l'on veut se référer au ciel montré sur le vitrail et tenter d'en retrouver la configuration exacte. Ce n'est pas au Sud qu'il faut naviguer mais au contraire plein Nord, en plein océan arctique  au mois de mai 1895 par exemple, époque où Jules Verne lançait le périple de Dardentor !  Cependant le vent gonflant notre voile guide bien l'embarcation vers le Sud.





Phase lunaire 1895


Export du logiciel Stellarium - avec position près du pôle Nord en date du Ier mai 1895





Etrange et contraire à ce qui a été écrit çà et là.

J'en entends beaucoup s'offusquer !  M'enfin, nier à tel point l'évidence et cette "roue de la Fortune" alors et le Tarot de Marseille ?
Eh bien, ils l'auront voulu !
Voici comment dans "Clovis Dardentor", Jules Verne décrit son héros par la bouche d'un des protagonistes :

" ../..  M. Dardentor, le protégé des bonnes fées, le favori de la Providence, le prototype de l’homme chanceux, auquel tout a réussi dans la vie, et pour qui la roue de dame Fortune a toujours tourné dans le bon sens..."

Mais encore une fois, cette petite analyse ne rejette en rien d'autres approches plus "ésotériques".

Christian Attard





Notes et sources :




(1) Il devrait dater selon mois des années 1960.


(2) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/02/19/01016-20110219ARTFIG00005-bugarach-le-village-de-la-fin-des-temps.php

(3) par exemple sur le site des Archives du savoir perdu : 
http://lesarchivesdusavoirperdu.over-blog.com/article-21403740.html


http://ovniparanormal.over-blog.com/article-12089871.html


(4) Jules Verne, initié et initiateur - Michel Lamy - editions Payot 1984.





Retour vers la Reine